1er Juin 1952, journée la plus sombre de l'histoire du club

1er Juin 1952, journée la plus sombre de l'histoire du club

Il y a 65 ans, le 1er juin 1952 précisément, La Gantoise vivait la journée la plus sombre de son histoire.

Ce jour-là, 34 supporters de La Gantoise et leur chauffeur perdirent la vie à Gravelines, dans le nord de la France. Tous étaient membres du club de supporters « De kleine Dokvrienden » (Stapelplein). En ce dimanche de Pentecôte, le club de supporters participait à une excursion familiale passant par Cassel, le Cap Gris Nez et Calais, dans le nord de la France. Le voyage était organisé par la société Flying Car en dédommagement de l’annulation, plus tôt dans la saison, d’un déplacement au Standard de Liège pour causes de conditions climatiques défavorables.

Sur le chemin du retour, après une délicieuse journée, le bus, avec à son bord 50 touristes gantois, tous supporters de La Gantoise, quitta subitement la route pour terminer sa course dans l’eau. Bilan : 35 personnes noyées après un terrible combat contre la mort. Seules 15 passagers purent être sauvés.

L’accident provoqua l’émoi de la ville de Gand et de l’ensemble du monde du football. Les funérailles se déroulèrent le 7 juin en présence de soixante mille Gantois et de nombreuses délégations de clubs de football et d’autres villes flamandes. Les victimes furent enterrées au cimetière de Westergem, au terme d’un impressionnant cortège funèbre parti du Bijloke.

Nous nous remémorons aujourd’hui les victimes de cette terrible catastrophe et nous pensons à la profonde douleur qu’a laissée cet accident tragique au sein de la communauté gantoise et chez les Buffalos.

La Gantoise n’oubliera jamais les Kleine Dokvrienden, qui ont été les premiers à recevoir un lieu de commémoration lors de l’inauguration du mur du souvenir pour les supporters, sur la promenade de la Ghelamco Arena. Puissent-ils reposer en paix.

Ceux qui souhaitent en savoir plus sur la page la plus sombre de l’histoire du club trouveront de plus amples informations sur la page Facebook de notre communauté Voetbal in de stad, dans cet article du Nieuwsblad (attention : certaines images peuvent choquer les âmes sensibles) ou dans cet article sur les tentatives de sauvetage désespérées par les habitants locaux dans le journal français La Voix Du Nord

Traduit par Blue Lines (www.bluelines.eu)

De plaats van het tragische ongeval

Een afgerukte deur van de bus, stille getuige van het drama

De vlag halfstok in de plaatselijke mairie

Duizenden mensen betuigen de slachtoffers de laatste eer bij hun repatriƫring naar Gent